GIRL'S TALK HUMEUR

ALLER DE L’AVANT

19 juillet 2017

Un mood très « montagnes russes » en ce moment, un coup ça va, un coup ça va pas. On peut sans doute accuser ces fameux aléas de la vie.

Mon besoin d’écrire est vital. J’ai besoin de me décharger parce que quand je vais plus ou moins pas bien je me renferme énormément sur moi-même en oubliant ce qui me fait aller mieux.. Écrire tout comme danser  me permet de m’évader, oublier, m’exprimer sans avoir la crainte de jugements, de mauvais regards. Comme une espèce d’échappatoire où je peux être totalement moi-même et me lâcher.

Ces dernières semaines, j’étais « partout », stressée, angoissée, triste et je le suis toujours. Je vais reprendre le travail fin du mois (du 26 juillet au 6 août exactement, soit 10 petits jours) même si je sais pertinemment que ça va me faire du bien, j’ai peur et surtout je n’ai pas envie d’abandonner mon petit bébé.

Oui « abandonner » est un grand mot mais c’est ce que je ressens. Même si c’est le parcours classique après une naissance, j’ai vraiment du mal. Déjà après l’accouchement j’ai eu un épisode compliqué, le fameux « baby blues ». Je n’y croyais pas avant de le vivre,  je pensais juste que les mamans étaient nostalgiques de leur ventre et de leur grossesse, chose que je n’ai absolument pas ressenti pour Eliyah. J’ai repris 2 semaines après son accouchement afin de faire mon stage et valider ma 1ère année de BTS. Ça a été un déchirement si brutal, comme un pansement qu’on enlève d’un coup. J’ai eu si mal mais ça a été si rapide que je n’ai pas eu le choix de l’accepter et d’y aller. Je faisais ça pour elle, pour nous, pour mon avenir, le sien, le notre.

Là je me suis accroché à Shad pour vivre ce que je n’ai pas pu vivre avec elle. Je profite de chaque instant, pourtant il a déjà 3 mois passé et toujours cette impression d’avoir accouché hier. Lorsqu’on devient maman, notre vie passe en mode « accéléré » sans même pouvoir mettre pause. Je vous jure je m’en remet pas.. En temps « normal » je trouvais déjà que le temps passait vite mais depuis la naissance d’Eliyah, les années me paraissent être des jours. Et je ne suis clairement pas au bout de mes peines, parce que les jours ne s’arrêteront pas de défiler. TIMES FLY.

Enfin qui dit reprise du boulot, dit séparation avec mon bébé, dit ralentissement et arrêt progressif (mais pas total) de l’allaitement. Avec lui, je me suis vraiment épanoui dans l’allaitement (j’en parlerais plus amplement dans un article). Non pas que ce ce soit mal passé avec Eliyah bien au contraire, mais j’ai du si vite arrêter sans même savoir que je pouvais continuer à l’allaiter en parallèle.. Bref, rien que d’acheter une boîte de lait m’a vraiment mise au plus bas. Je ne pouvais pas concevoir le fait de lui donner autre que mon lait. J’ai pleuré un bon coup et je m’y suis mise. Il n’était pas trop d’accord et n’appréciait pas tellement. Là encore il prend des petites doses (90 ou 120ml ce qui correspond à ce qu’un bébé consomme de 1 à 2 mois, il devrait prendre des 180 voir 210ml), mais on progresse de jour en jour et il réussit à terminer un bib de 120ml, c’est rare mais ça arrive. Zéro colique, zéro maux de ventre et peu de régurgitation en tout cas pas plus qu’avec mon lait à moi donc je suis soulagé de ce côté ci.

Je tire mon lait, parce que je serais malheureusement loin durant ces 10 jours donc je ne l’aurais pas à porter de main pour pouvoir l’allaiter. Rien que de savoir que je vais dormir sans lui, ne pas l’avoir contre moi, ses petites mains sur moi, ses petits pieds contre mon ventre. Mon coeur se serre rien que d’y penser. Sans même mentionner le fait que je connais moumoune mieux que personne, que je ne serais pas là pour le consoler quand ça n’ira pas..Nan franchement le coeur d’une maman est mis à trop rudes épreuves.

C’est un mal pour un bien, il faut que je coupe le cordon comme on dit. J’allais dire que je ne suis pas prête mais on ne l’est jamais réellement. On le fait parce qu’on doit le faire, c’est tout. Si c’est pas maintenant, ça l’aurait été en septembre de toute manière. Et pour toutes les mamans au foyer, c’est lorsque l’école arrive. Alors oui, j’aimerais de tout coeur rester avec mes enfants mais je n’en oublie pas que je suis jeune et que j’ai un avenir à construire. Même si ils ne manquent absolument de rien aujourd’hui, je veux pouvoir leur offrir tout ce dont ils désireront plus tard. Ils sont devenus mon meilleur moteur actuel pour avancer dans la vie et trouver une détermination sans faille.

Maintenant, additionnez tout ça avec des problèmes perso bien salés, ma recherche intensive d’une entreprise pour mon alternance l’année pro, gérer les enfants, la maison, toutes les choses qui rythment le quotidien. Je me noyais, tête submergée à – 10 000 mètres, donc autant dire que instagram et snapchat était le cadet de mes soucis. Et c’est là que beaucoup oublient qu’on ne montre que ce qu’on veut bien montrer. Je préfère me mettre en retrait que de ne pas véhiculer ma vraie personnalité: le bonheur, la joie, l’amour, rire, danser, chanter, que de la positivité.

Mais ça me fait du BIEN de revenir ici, d’écrire et de reprendre mes marques. J’en avais besoin, il reste plein de sacs remplis mais d’en vider un ou deux ça allège. Admettre qu’on ne va pas bien n’est pas une marque de faiblesse bien au contraire. Je reste très positive tous les jours, avec le sourire aux lèvres, le rire plus fort que jamais. J’ai une famille et des ami(e)s en or, que demander de plus? Je pense qu’il faut toujours tirer du positif dans les choses négatives qui peuvent nous arriver ou nous submerger. Même si sur le moment ou pendant quelques jours on se sent totalement démuni, il faut réussir à reprendre le dessus, trouver un sens à ça et se dire que ça n’arrive pas « contre-nous » mais pour nous. Exemple: quand la batterie de la voiture a lâché j’me suis dit « mais non encore une galère, j’recommence le boulot bientôt, ça va être une dépense monstre, va peut être falloir que je m’achète une autre voiture, comment on va faire? » Et au final, j’me suis dit « écoute Aline, c’est le mektoub (c’était écrit), tu ne sais pas qui se serait passé si tu avais pris le volant, tu aurais peut-être eu un accident ce jour là en plus tu avais les enfants.. ». Relativiser, se dire qu’il y a toujours plus grave et tirer une leçon positive. Faites le au quotidien à chaque situation que vous considérez comme mauvaise et je vous promets que votre vie en sera d’autant plus belle.

Plus la fameuse date approche, plus j’appréhende. J’ai hâte que ces 10 petits jours passent pour profiter du dernier mois de vacances avant une nouvelle vie qui commencera en septembre.

TO BE CONTINUED…

WITH LOVE, XX.

 

You Might Also Like

10 Commentaires

  • Reply Emymum 19 juillet 2017 at 8:49

    Mon petit coeur Cest tout à fait normal ce que tu ressens , cest ce que j’ai eu pour les filles .
    J’essaye de profiter un max d Holly Car apres plus de bébè mais ce n’est pas évident mais cest pour la bonne cause . N’ai pas peur et ôte moi ces pensées , tu es la pour assurer l’avenir de tes enfants . Il faut que tu te dises Que tu as au moins cette chance de pouvoir travailler et d’aller de l avant pour tes enfants les coups de blues arrivent souvent surtout quand on a d’autres enfants alors ne tqt pas . Et puis ça fait partie de la vie !! Sans quoi tu ne serais pas humaine !!! Pour l’épisode de la voiture je suis tout à fait d’accord avec toi rien ne se fait par hasard !!! courage ma poupee je suis la pr vous gros bisous ❤️❤️

    • Reply Aline 23 juillet 2017 at 10:29

      C’est clair, en plus tu travailles tellement. Comme tu dis on profite un maximum, on a la chance d’avoir de magnifique bébés en bonne santé. Comme tu dis on assure leur avenir, je suis fière de toi aussi et de tout ce que tu entreprends pour tes 3 princesses. Tu es un véritable modèle et exemple de réussite. On t’aime très fort tata ♡

  • Reply Aya.s_mum 19 juillet 2017 at 9:12

    Fiouuuu les larmes tu m’as mis!! Après la naissance d’Aya j’ai eu ce fameux baby blues et je sais a quel point c’est horrible… C’est clair qu’il faut relativiser mais sur le moment c’est pas toujours evident. Comme j’ai déjà du te le dire, tu as une famille au top vous êtes adorables et tes enfants ne manquent de rien ça se voit!!!! Plein de courage dans ces épreuves qui te rendront forcément plus forte 😙😙😙😙

    • Reply Aline 23 juillet 2017 at 10:33

      Que d’émotion!! C’est sûr, on a aussi besoin d’un peu « craquer ». On se rend pas compte que la grossesse, l’accouchement et l’après est un vrai choc émotionnel, psychologique mais aussi physique. Merci ma belle ton message me touche du plus profond du coeur. Plein de courage aussi pour ta seconde grossesse, énormes bisous à vous.

  • Reply Delahoyab 19 juillet 2017 at 9:51

    Ton texte vraiment 😢. Tout va aller pour le mieux mon chat et so ça ne va pas, tu es sûre que tu peux compté sur moi. Je sais ce que s’est la séparation entre enfant et parent, c’est si dur. Je te souhaite du courage et je suis là de toute façon

    Je t’aime ❤️

    • Reply Aline 23 juillet 2017 at 10:34

      Je t’envie d’avoir ton titi h24, même si je sais à quel point c’est compliqué et fatiguant et que c’est un travail NON-STOP!! Profites et profitons un max, le temps passe à une vitesse inexplicable. Love u ♡

  • Reply Laetitia 19 juillet 2017 at 10:10

    Bonjour je voulais te dire que ton message m’a touché car je me retrouve dadans pour ma part j’ai demander une rupture conventionnelle pour rester avec ma fille car reprendre le boulot était pour moi inanvisageable elle a 13 mois et je l’allaite encore bon courage à toi et profite à fond de tes enfants

    • Reply Aline 23 juillet 2017 at 10:35

      Hello Leatitia, je suis d’autant plus touchée que tu te sois retrouvé dans cet article. Ça fait chaud au coeur, je comprend tellement ton choix légitime et naturel. Courage à toi aussi, prenez soin de vous. Gros bisous!!

  • Reply Bintwo 19 juillet 2017 at 11:43

    Aline is back! LOL
    Je me retrouve dans ce que tu écrit. Toi même tu sais! En tous cas je tenais à te dire que tu est une femme et mère formidable ne change rien tu est forte et tes sacrifices tu peux en être fier moi je lui voila presque 3 ans que l’on se connaît et je suis ravi te te compte parmis mes copine de coeur. En jour tu regardera derrière toi et tu en aura les larmes au yeux car le chemins que tu as accompli jusqu’à aujourd’hui et beaux et il va continue de l’être. Je te love ma copine.
    Message qui viens du coeur ❤️
    Bintou

    • Reply Aline 23 juillet 2017 at 10:37

      Ma copine!! Arrête tu vas me mettre les larmes encore là rooooh. Je pense tout pareil, toi même tu sais qu’on se sait ahaha. Je suis aussi heureuse de te connaître et partager tout ça avec toi aujourd’hui. Et si c’est pas avant, en janvier suuuur tu vois ma ganache. Je te love ma copine ♡♡♡

    Laisser une réponse