9 MOIS DE NOUS ♡

J-17 avant le terme: je me sens à la fois si pressée et totalement l’inverse. Ce sentiment hyper contradictoire entre vouloir à tout prix rencontrer mon petit loukoum et encore profiter des derniers instants de cette grossesse, des sensations lorsqu’ils bouge, de cette symbiose parfaite, ce « on ne fait qu’un« .

Pour faire un bilan, je dirais que c’est passé à une vitesse phénoménale. Bien plus vite que pour ma 1ère grossesse! C’est sans doute normal, du moins je pense. La première fois c’est tout particulier, une immense découverte, une excitation toute particulière, une impatience démesurée. Pour un second round, on est plus dans la détente, du moins JE le suis plus. Je ne me suis clairement pas mise la pression pour préparer l’arrivée de ce petit cul, tout au dernier moment, la valise n’est toujours pas faite d’ailleurs.

Enfin voilà quoi, des fois j’ai l’impression d’être complètement à côté de la plaque quand je vois certaines mamans qui sont au même stade que moi dans leur grossesse. NO WAY, pour une véritable stressée de la vie, avec un cerveau qui pense et bouillonne beaucoup trop que ça m’en empêche bien souvent d’en dormir la nuit: c’est un réel exploit pour moi d’être dans un tel feeling.Je me répète mais, mon dieu ce que c’est passé vite j’arrive même pas à m’en rendre compte!! Malgré la fin un peu chaotique à certains moments, malgré des vergetures qui ont complètement éclatées sur le ventre et les hanches (je vous le dis, ce bébé m’en aura fait voir de toutes les couleurs), malgré la fatigue qui s’accumule de jour en jour… Créer la vie reste la plus belle chose au monde et je serais à jamais reconnaissante d’avoir pu vivre ça deux fois.

Quant à l’accouchement je ne préfère même pas y penser ou encore me projeter. Celui d’Eliyah m’a tellement marqué, alors je refoule tout mon stress, appréhension, ma peur sincère et profonde. La douleur, les imprévus, le déroulement de tout ça… C’est si imprévisible et ne tient souvent qu’à un fil. Alors je vais juste me préparer des petits CD plein de musique pour m’ambiancer et essayer de gérer au mieux les contractions, chose que je n’ai pas réussi à faire la 1ère fois. Ça serait ÇA pour moi le plus beau dénouement, le plus beau cadeau du monde: bien vivre cet accouchement, le dernier et avoir pouvoir admirer ma famille au complet

Notre dernier petit shooting, juste sublime je remercie infiniment Lucile de Spirit Capture et Lisa de Lisa Marie Photographie pour ces clichés à tomber par terre. Petite tristesse, 0 photos à 3 (et demi), avoir un papa qui n’est pas du tout photo est hyper contraignant. Ça me peine parce que ce sont des moments que l’on aimerait juste immortaliser, graver à jamais et retomber dessus des années plus tard pour raviver tous ces souvenirs.

Mais bon, je relativise comme je peux, ce n’est d’un « détail » (même si j’y accorde pas mal d’importance). Tant que nous allons tous bien et avons la santé, c’est l’essentiel non? On se rattrapera quand il sera là, ça sera bien plus fun ♥

WITH LOVE, XX.